Vers une stabilisation des prix de l'immobilier au Québec en 2022 ?

Vers une stabilisation des prix de l'immobilier au Québec en 2022 ? Selon l'APCIQ, le prix médian d’une maison unifamiliale a connu dans la dernière année une hausse de près de 24%, pour atteindre 362 000$ au Québec et 493 460$ dans la région de Montréal. Dans son bilan de 2021, l'Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec prévoit une stabilisation des prix des propriétés au Québec pour 2022. +

Selon l'APCIQ, le prix médian d’une maison unifamiliale a connu dans la dernière année une hausse de près de 24%, pour atteindre 362 000$ au Québec et 493 460$ dans la région de Montréal.

Ce que dit l'APCIQ

Dans son bilan de 2021, l'Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec prévoit une stabilisation des prix des propriétés au Québec pour 2022.

« le niveau plancher des taux d’intérêt hypothécaires et la hausse du revenu disponible de nombreux ménages durant cette deuxième année de pandémie » ce qui explique selon l’APCIQ les augmentations du prix médian d'une maison unifamiliale au Québec et dans la région de Montréal.

Une hausse des taux d'intérêts

Pour Charles Brant, directeur du service de l'analyse du marché, la hausse des taux d'intérêts en 2022 permettra de désamorcer la formation de bulle immobilière à Montréal aperçu par l'APCIQ, alors que celle-ci prédit une hausse des prix de 3% dans la région de Montréal et de 1% dans la région métropolitaine de Montréal.

Vers une stabilisation après la hausse des taux ?

M. Brant évoque que le système de surenchère devrait se calmer en 2022, ce système avait plombé l'abordabilité pour les familles avec des prix « insoutenables ».

Dominic St-Pierre, vice-président et directeur général de Royal LePage au Québec, estime que les prix se stabiliseront après la hausse des taux d'intérêts qui aura lieu au printemps ou à l'été, « Quand la Banque du Canada va annoncer officiellement l’augmentation du taux directeur, on l’a vu historiquement, ça crée un engouement pour essayer d’acheter avant cette période. Il va sûrement y avoir une hausse drastique de la demande ».

M. Brant, quant à lui, pense que les acheteurs vont reporter leurs achats le temps que le marché se calme « Et avec la hausse des taux d’intérêt, il va y avoir moins de ménages qui vont se qualifier pour acquérir des biens immobiliers ».
« Vendez, c’est le moment avant que le marché soit moins propice » il conseille cependant aux vendeurs de vendre car le marché restera favorable pour eux.